Image Alt

Bistro CBD

Quels sont les effets du CBD ?

Le THC et le CBD sont des molécules naturellement présentes dans le cannabis. Cette plante si controversée de par le monde ne fait que parler d’elle. On entend de tout et son contraire à son sujet, effets néfastes pour la santé, illégalité et économie parallèle qui en découle, mais aussi bienfaits, commercialisation et légalité. En fait, le chanvre est un peu des deux et c’est pour cela qu’on s’y perd facilement. Les effets du cannabis sont en effets très distincts en fonction des concentrations respectives de ses molécules actives qu’il produit et donc de la variété de chanvre dont il est question. Cependant sa consommation connue depuis la nuit des temps et ne diminuant peu ou pas permet un questionnement pertinent quant à ses effets sur l’organisme. Un tel engouement ne pourrait pas perdurer sans raison valable. Si le « trip » que procure le THC à ses consommateurs l’a rendu célèbre, l’explosion des ventes de produits contenant uniquement du CBD (huiles, cosmétiques..) induit forcément qu’il y a des effets bénéfiques dans la consommation de cette substance. 

Le cannabis et ses substances actives

Le cannabis est très souvent assimilé comme une drogue aux effets secondaires amenant à des troubles du comportement. Si cette analogie est la plus largement rapportée c’est qu’en réalité, beaucoup de personnes distinguent le chanvre du cannabis or, il s’agit bien de la même plante. Pourtant le chanvre est un terme politiquement correct dans le langage courant, il n’est pas rare d’entre parler de « chanvre textile » ou « laine de chanvre » comme isolation de bâtiments. Mais alors pourquoi le cannabis a-t-il une si mauvaise presse quand son synonyme, lui, est complétement toléré ? 

Comme toutes les plantes, le cannabis possède des substances actives ayant des effets qui leurs sont propres. Si on en compte plus d’une centaine, deux molécules dites cannabinoïdes bien distinctes se retrouvent en grande concentration : le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). 

La plus connue, le THC est responsable de la mauvaise réputation qu’a le cannabis. Ses effets euphorisants et planants sont accompagnés d’effets secondaires qui a long terme peuvent entraîner des troubles tels que, la paranoïa, l’anxiété voir la schizophrénie et une dépendance. Au moment « t » de sa prise, une altération du comportement est observée, elle peut toucher tout aussi bien l’humeur que l’appétit. Ce  sont ces « dérèglements » que le consommateur recherche dans un but, au préalable, complétement récréatif. 

La deuxième molécule star est le CBD. Cette substance est beaucoup moins controversée malgré encore quelques confusions. On la retrouve aujourd’hui dans de nombreux produits tels que l’huile, des baumes, des gélules et autres compléments alimentaires contenant du CBD. Elle possède un effet relaxant et n’entre pas dans la liste des produits stupéfiants interdits en France car, encore à l’étude, le CBD n’aurait pas d’effets secondaires et n’entraînerait pas d’addiction comme son cousin le THC. 

Le système endocannabinoïde et les différentes molécules cannabinoïdes

Il existe plusieurs types de cannabinoïdes, afin de mieux comprendre l’effet produit par ces molécules sur notre organisme, il est important de les connaître afin de pouvoir les distinguer. 

L’homme a ses propres cannabinoïdes appelés endocannabinoïdes (« endo » signifiant propre à soi) par distinction aux cannabinoïdes comme le THC et le CBD provenant du cannabis que l’on nomme phytocannabinoïdes (« phyto » signifiant, issu d’une plante). 

Petit cours de biologie simplifié pour mieux comprendre : Pour déclencher la réponse d’une cellule à un stimuli, il faut une transmission de l’information jusqu’au cerveau. Ce message est véhiculé d’une cellule nerveuse (neurone) à une autre grâce à des molécules appelées neurotransmetteurs. Ces derniers se fixent sur des récepteurs qui leurs sont plus ou moins spécifiques et présents sur la membrane cellulaire. Une fois l’information transmise, une forme de réponse de la part des cellules est induite. 

Notre organisme possède son propre système endocannabinoïde, il englobe des récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) et les molécules endogènes liées à ces derniers. C’est ce système qui est à l’origine de l’action du cannabis sur le corps. 

Endocannabinoïdes et phytocannabinoïdes, quels sont les liens de causes à effets ?

Il existe 2 endocannabinoïdes :  

L’anandamide aussi appelée « l’hormone du bonheur » puisque c’est elle qui participe à l’origine de la bonne humeur. 

La 2-arachidonylglycérol qui fonctionne essentiellement avec le récepteur CB2 

Ce sont elles qui assurent l’osmose entre le corps et l’esprit. 

L’effet et l’action des phytocannabinoïdes qui nous intéressent en comparaison aux endocannabinoïdes sont le CBD et le THC.  

Le THC : Avec ses propriétés similaires à l’anandamide, le THC se fixe essentiellement sur les récepteurs CB1. Ces récepteurs se situent dans le cerveau et les terminaisons nerveuses et de ce fait gèrent beaucoup de fonctions de l’organisme ce qui fait que la fixation du THC altère le physique et influe sur les émotions, l’appétit, la mémoire, la coordination, les mouvements, le sommeil et la pensée. 

Le CBD : Le CBD n’a pas véritablement d’affinités avec les récepteurs endocannabinoïdes, il ne se fixe pas sur eux mais aura une action sur une enzyme bien spécifique appelée FAAH (fatty acid amid hydrolase). C’est elle qui régule la concentration de l’anandamide en la dégradant. En présence de CBD, la FAAH est gênée dans sa fonction ce qui permet à la concentration d’anandamide d’augmenter significativement et, de ce fait, un effet relaxant est ressenti par le consommateur sans pour autant avoir l’effet « stone » du THC vu que le CBD ne bloque pas les récepteurs CB2 et s’oppose même à ses propriétés psychotropes sur les récepteurs CB1. 

Les effets du CBD : ses bienfaits et ses vertus sur la santé

Malgré de nombreux témoignages vantant les mérites du CBD, le désignant comme traitement thérapeutique naturel et sans effets secondaires, la molécule active de cannabis CBD est encore à l’étude et n’est à ce jour pas inscrite dans la liste des médicaments autorisés en tant que tels. Il est légal, rempli de vertus mais ne soigne pas officiellement. 

Cependant, si toutes les études scientifiques n’ont pas encore écarté définitivement un risque potentiel de troubles que pourrait entraîner le CBD par son origine (le cannabis), beaucoup d’entre elles ont démontré des améliorations significatives sur le stress, la douleur, la dépression et l’insomnie en mettant ces bienfaits en lien avec l’action du CBD mimant et renforçant les effets des endocannabinoïdes.  

Certaines études vont plus loin et considèrent le CBD comme un allié de taille pour les patients atteints de troubles intestinaux (maladie de Crohn), de maladies de peau (psoriasis, acné), d’altérations neurologiques (Alzheimer, Parkinson) ou de maladies neuropsychiatriques (autisme).  

Si les tests et recherches scientifiques encore à l’étude des effets positifs du CBD sur la santé se confirment, son utilisation pourra concurrencer celles des antidépresseurs, des anti-inflammatoire, des anxiolytiques, des antiépileptiques ou des sébo-statiques. A très forte concentration (bien plus importante que celle retrouvée dans l’huile de CBD du marché), le cannabidiol pourrait avoir un effet important sur des patients atteints d’un cancer en agissant sur les cellules cancéreuses. Le CBD diminuerait leur prolifération et ralentirait le développement de certaines tumeurs. 

S’il est impossible d’affirmer scientifiquement que le CBD est un traitement médical qui soigne des maladies comme le cancer et d’écarter définitivement la possibilité que le cannabidiol n’entraînera pas à long terme des effets secondaires, il est impossible en revanche de nier certains de ses bienfaits sur la santé. En tête de liste, son effet relaxant qui, même s’il était le seul, semble le plus important.

Je suis une boite de message. Cliquez sur le bouton d’édition pour modifier ce texte.