Acheter du CBD pour anti-douleur

Publié le , par Noémie Leroy
cbd anti-douleur image à la une

 Le cannabis est une plante utilisée depuis la nuit des temps. Elle procure aussi bien des effets corporels que cérébraux. De plus, ses fibres possèdent une richesse et la robustesse incroyable (industrie). Dans de nombreux pays (Chine, Égypte, Inde, …), le cannabis s’utilisait traditionnellement lors de cérémonies religieuses ou de rituels. Il permettait d’ouvrir les portes de la perception (hallucination), de guérir (chaman), de soigner la douleur (CBD) ou d’avoir accès à l’inconscient (psychisme). Aujourd’hui dans le monde, il est largement consommé pour ses effets récréatifs hédoniques planants ou euphorisants. En France, ce sont ces effets psychoactifs qui lui ont valus la classification comme stupéfiant. Par conséquent, son utilisation et son exploitation sont illicites.

Depuis 2018, il n’est pas rare de trouver des shops en ligne ou des boutiques physiques vendant en toute légalité des produits (huiles végétales, graines, fleurs, liquides, capsules d’huile de chanvre, …) contenant du CBD. (cannabidiol). Ce composé du cannabis n’est pas interdit. En effet, contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), il n’entraîne pas d’effets psychotropes. Effectivement, aucune trace de cette molécule apparaît dans l’article 2 de l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants (1). L’intérêt pour ces produits au CBD augmente chaque jour un peu plus. Il est alors pertinent de se poser la question :

  • Si le CBD n’engendre ni d’euphorie, ni d’effets planants à ses usagers, quels sont donc les bienfaits qu’il procure pour susciter un tel engouement ?

Les nombreux témoignages ventant son action analgésique et relaxante seraient peut être la clé de ce succès ! Et si le CBD avait de réelles vertus anti douleur ?

Quelques définitions autour du cannabis

Afin de pouvoir entrer dans le vif du sujet concernant les liens entre le CBD et la douleur, quelques définitions peuvent être nécessaires pour mieux comprendre la suite :

  • Le THC (tétrahydrocannabinol) : cannabinoïde spécifique au cannabis. Ses propriétés psychotropes le placent sur la liste des substances classées comme stupéfiant de l’article 2 de l’arrêté du 22 février 1990 (1). En France, il est interdit de détenir, commercialiser et consommer un produit ayant un taux de THC supérieur ou égal à 0,2%.
  • Le CBD (cannabidiol) : cannabinoïde propre au cannabis. Il aurait des propriétés thérapeutiques telles que anti douleur, anti inflammatoire, anxiolytique, anti stress.. Mais, il est particulièrement apprécié pour la relaxation musculaire et la sensation de détente qu’il provoque.
  • Le système endocannabinoïde (SEC) : le SEC est un système de communication permettant d’aider le corps à trouver son homéostasie. C’est à dire qu’il permet de maintenir l’équilibre interne quelques soient les contraintes extérieurs (glycémie, température corporelle, pression sanguine, …). Il se compose :                                                                                                                                    – de récepteurs membranaires spécifiques (CB1 et CB2) retrouvés aussi bien dans le système nerveux que dans les organes périphériques,                                                                                                                              – de ligands endogènes (propres à l’organisme) appelés endocannabinoïdes                                                                                                                     – d’enzymes (protéines induisant ou stimulant une réaction chimique) responsables de la synthèse et de la dégradation de ces molécules (2).

Les cannabinoïdes propres au chanvre tels que le THC et le CBD agissent plus ou moins directement sur le SEC. Ceci explique l’induction d’effets (psychotropes pour le THC et relaxants pour le CBD) après l’absorption.

  • Cannabis CBD : encore appelé, cannabis light ou légal voir chanvre industriel. Il définit les variétés de cannabis autorisées à l’exploitation en France (3) et retrouvées dans les produits légaux au CBD .

Définitions autour des douleurs et du CBD

  • Les cytokines : hormones synthétisées par le système immunitaire en réponse à différents stimulus. Ces molécules jouent un rôle de messager. En effet, elles permettent la transmission d’informations de cellule à cellule. Il en existe 3 types : Les cytokines pro-inflammatoires, les cytokines immuno-régulatrices et les cytokines effectrices.
  • Les douleurs chroniques : Une douleur est considérée comme chronique (par opposition à une douleur aiguë) quand la durée ou la récurrence de cette douleur va au-delà de ce qui est habituellement observé pour une cause potentiellement identique. Elle se caractérise par une réponse insuffisante au traitement administré. Elle s’accompagne souvent d’une détérioration significative et progressive, à cause de la douleur, des capacités fonctionnelles et sociales du patient dans ses activités quotidiennes.
  • L’arthrite : inflammation aiguë ou chronique des articulations. Elle engendre une douleur plus ou moins supportable pouvant mener à une véritable limitation des mouvements si elle est trop forte. Les traitements actuels administrés aux patients atteints de forme sévère d’arthrite ne sont pas sans effets secondaires insignifiants même s’ils interfèrent souvent avec les cytokines pro-inflammatoires impliquées dans l’arthrite.
  • La sclérose en plaque : maladie inflammatoire, auto-immune et dégénérative du cerveau et de la moelle épinière. L’affection du système nerveux d’un malade atteint de sclérose en plaque induit du stress, de fortes douleurs et des spasmes musculaires. Peu de traitements médicaux arrivent à soulager efficacement ces symptômes.

Le CBD comme anti douleur chronique

Les douleurs chroniques, par leur nature et leur persistance, demandent souvent une approche poly-médicamenteuse pour la gestion de la douleur. Or, si un traitement soulage et/ou traite un patient, la prise simultanée de médicaments peut entraîner des effets secondaires. Ces derniers peuvent être parfois aussi handicapants que la raison qui pousse à les prendre. En janvier 2017, l’Académie Nationale de Sciences, d’Ingénierie et de Médecine des États-Unis publie un rapport sur les applications thérapeutiques du cannabis. Des preuves significatives y sont rapportées quant à l’efficacité du chanvre médical pour traiter les douleurs chroniques de l’adulte (4). En 2006, une étude scientifique est publiée dans la revue Annals of Pharmacotherapy. Elle porte sur l’utilisation de cannabinoïdes (CBD, THC, CBN, …) comme analgésiques et conclue que :

  • « La douleur chronique nécessite souvent une approche polypharmaceutique de la gestion, et les cannabinoïdes sont un ajout potentiel à l’arsenal des options de traitement » (5).

En effet, cette alternative naturelle est particulièrement intéressante puisque le CBD n’a pas d’effets secondaires psychotropes. Pour autant, la consultation d’un médecin avant toute auto médication est préférable afin d’éviter des interactions moléculaires non désirées.

Le CBD comme anti-douleur et anti-inflammatoire

Aujourd’hui, le marché européen offre un grand nombre de produits au CBD :

Les études et recherches scientifiques quant aux prétendues propriétés bienfaitrices du CBD révélées par ses consommateurs se multiplient. Toutefois, des doutes subsistent encore sur l’efficacité thérapeutique du CBD. C’est essentiellement car son mode de fonctionnement sur le SEC n’est pas encore totalement compris. En revanche, la plupart des études testant l’efficacité de la molécule de cannabidiol pour soulager la douleur et l’inflammation tendent quasiment toutes vers une même conclusion :

  • le CBD apaise !

C’est ce que révèle notamment une étude parue en 2016 dans l’European Journal of Pain (6). Cette étude utilise des rats souffrants d’arthrite suite à une injection d’adjuvants et sur lesquels a été appliqué pendant 4 jours, un gel topique (afin d’optimiser la biodisponibilité du CBD par l’organisme) contenant du CBD. Suite à ses essais, une baisse significative de l’inflammation et des symptômes de douleur est constatée. De plus, aucuns effets secondaires sont remarquables.

Les avis du CBD pour soulager l’arthrose

Le CBD apparaît donc comme un allié intéressant pour soulager les maux causés par l’arthrite. Pour autant, d’autres études doivent être menées, notamment sur des humains, pour confirmer ces résultats.

Pour optimiser les effets (plus rapides et plus puissants) du CBD, des modes d’absorption à privilégier sont :

  • l’huile de CBD par application sublinguale
  • l’inhalation de fleurs séchées de cannabis par vaporisation 

La Sclérose en plaque et le CBD

Les usagers de cannabis comme anti-douleur chronique ou contre les douleurs aiguës de l’arthrite témoignent des bienfaits thérapeutiques. En 2016, une étude canadienne révèle ces qualités sur des patients atteints de sclérose en plaque (6). En effet, sur les 225 patients de l’étude comportementale à l’égard du chanvre comme traitement médicamenteux :

  • 50,2% seraient prêt à retenter l’expérience si le cannabis thérapeutique devenait légal (ce qui est d’ailleurs le cas aujourd’hui au Canada).

L’étude ne porte que sur les attitudes des patients à accepter un médicament à base de cannabis. Elle ne prend pas en compte l’efficacité cliniquement prouvée d’un soulagement ressenti grâce aux effets des cannabinoïdes. Mais, on peut tout de même en déduire, vu les conclusions, que cette consommation leur a été bénéfique :

  • « Le cannabis est largement accepté au sein de la communauté des patients atteints de SEP. Une personne sur 5 utilise actuellement le médicament pour des raisons qui diffèrent entre les cliniques de neuropsychiatrie et de neurologie. L’utilisation pourrait potentiellement plus que doubler si le médicament était légalisé ».

Acheter un produit au CBD anti-douleur

Avec la popularisation du CBD ces dernières années, l’éventail de produits au cannabis légal s’est très largement diversifié :

  • baume au cannabidiol,
  • huiles végétales de chanvre,
  • fleurs et feuilles séchées,
  • résine de cannabis light,
  • capsules et gélules d’huile de graines,
  • liquides pour cigarette électronique..

Chaque produit répond aux besoins d’un type spécifique d’absorption et, de ce fait, aux attentes des consommateurs hétérogènes. Malgré tout, l’huile de CBD et les fleurs de cannabis de qualité restent les anti-douleur les plus puissants. En effet, leur nature permet des modes d’absorption qui optimisent la biodisponibilité (puissance, qualité et rapidité des effets) de la molécule. En effet, ce type de consommation ne subit pas de digestion (sublingual pour l’huile et par vaporisation pour les fleurs).

Comme tout consommable (aliments, boissons, …), avant d’acheter un produit au CBD comme anti douleur, il est important de bien choisir les produits : 

  • qualité irréprochable (agriculture biologique ou raisonnée)
  • traçabilité

Ainsi, le consommateur obtient les meilleurs bénéfices du CBD sans avoir les effets délétères d’une composition douteuse. De même, avant tout achat de CBD anti douleur, nous recommandons la consultation d’un médecin. Notamment si vous suivez déjà un traitement et ce, afin d’éviter toutes interférences de molécules.

 

Références : 

  1. Arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000533085/2020-10-09/
  2. Endocannabinoids, related compounds and their metabolic routes. Fezza, F., Bari, M., Florio, R., Talamonti, E., Feole, M., and Maccarrone, M. Publié en Octobre 2014 dans la revue Molecules  : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25347455/
  3. Arrêté du 22 août 1990 portant application de l’article R. 5132-86 du code de la santé publique pour le cannabis : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000351447/2020-10-09/ 
  4. Les effets du cannabis et des cannabinoïdes sur la santé. L’état actuel des preuves et les recommandations pour la recherche, Janvier 2017. Rapport d’étude de consensus de l’Académie Nationale de Sciences, d’Ingénierie et de Médecine des États-Unis : https://www.nap.edu/catalog/24625/the-health-effects-of-cannabis-and-cannabinoids-the-current-state 
  5. Cannabinoid Analgesia as a Potential New Therapeutic Option in the Treatment of Chronic Pain. Tammy L Burns PharmD, Joseph R Ineck, PharmD. First Published February 1, 2006 dans la revue Annals of Pharmacotherapy : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16449552/ 
  6. Transdermal cannabidiol reduces inflammation and pain-related behaviours in a rat model of arthritis, D.C. Hammell, L.P. Zhang, […], and K.N. Westlund, publié en 2016 dans l’European journal of pain : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4851925/?report=reader 
  7. Attitudes à l’égard du cannabis et modes de consommation chez les Canadiens atteints de sclérose en plaques, Emma Banwell, Bennis Pavisian, Liesly Lee, Anthony Feinstein, 2016 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27919478/